Navigation – Plan du site
Comptes rendus – Varia

« Plumes de Marat » et « Plumes sur Marat ». Pour une bibliographie générale

Guillaume Mazeau
p. 201-202
Référence(s) :

Charlotte Goëtz, « Plumes de Marat » et « Plumes sur Marat ». Pour une bibliographie générale, Bruxelles, Pôle Nord, collection Chantiers Marat 9 et 10, 2006, 322 p. et 329 p, ISBN 2-930040-19-X et 2-930040-20-3, 66 €.

Texte intégral

1Par la plume de Charlotte Goëtz, l’association Pôle Nord poursuit une vaste entreprise commencée lors du Bicentenaire de la Révolution française en publiant les tomes 9 et 10 d’une collection dont le nom n’a rien de métaphorique. Depuis le « coup éditorial » de 1990 (la redécouverte dans un château écossais d’une collection du journal de Marat corrigée par lui en vue d’une réédition), l’association concentre ses recherches sur la production intellectuelle de Marat, qu’elle soit scientifique (Chantiers Marat 3), ou politique (Chantiers 5 et 6, œuvres politiques en 10 volumes), mais aussi sur l’histoire familiale de l’Ami du Peuple (Chantiers 4, 7 et 8). Cette nouvelle parution n’est pas moins ambitieuse : présenter en deux volumes une bibliographie générale rassemblant à la fois ce que Marat a écrit, mais aussi son historiographie jusqu’à nos jours.

2Le premier volume Plume de Marat (Chantiers 9) rassemble les références des œuvres de Marat, mais aussi la chronologie de ses interventions orales, les écrits publiés sur lui au XVIIIe siècle et un catalogue des archives de l’édition Pôle Nord à la bibliothèque publique et universitaire de Neufchâtel-Suisse. Le second volume Plumes sur Marat (Chantiers 10) recense l’historiographie de Marat depuis le XIXe siècle, réservant une place de choix aux travaux du « bibliographe de Marat » François Chèvremont (1824-1907), dont la fameuse collection est conservée à la British Library.

3L’ensemble fournit un instrument de travail indispensable au chercheur, non seulement par le nombre des références (3 000), mais aussi par la qualité des notices. Un bémol : toutes ne sont pas accompagnées de commentaires critiques, si bien que les travaux universitaires ne se distinguent pas bien des productions les plus farfelues (et il y en a !). En revanche, Charlotte Goëtz a indiqué pour chaque imprimé les lieux de conservation des exemplaires qu’elle a recensés, précision qui contentera ceux qui ne parviennent à passer la Manche (ils pourront voir la liste des pièces de la collection Chèvremont qui sont copiées à la Bibliothèque municipale de Lyon) ou les historiens des collections.

4L’iconographie est, de l’aveu même de l’auteur, la grande absente de cette bibliographie. Les seules images que l’on trouve ont une vocation illustrative ou publicitaire (Chantiers 10, p. 89). L’usage plus mémoriel que scientifique de certaines photographies (Chantiers 9, p. 254 et Chantiers 10 p. 40) redouble le ton engagé de l’introduction. En outre, l’organisation générale peut parfois dérouter le lecteur. Ainsi, la répartition des volumes (XVIIIe siècle pour le premier, XIXe et XXe siècles pour le second) inclut l’historiographie sur Marat de la fin du XVIIIe siècle sous le titre Plume de Marat. D’autre part, on peut s’interroger sur la légitimité de l’autonomie de quelques chapitres : dans le Chantiers Marat 10, deux chapitres entiers sont consacrés au Marat assassiné de David, et aux Marat/Sade de Peter Weiss et Peter Brook. Les critères du classement ne semblent pas toujours très clairement expliqués : toujours dans le même volume, le chapitre II rassemble des « textes contenant des chapitres, des notices, des citations sur Marat ou précisant un contexte » (p. 183). Enfin, et ce sont les lois du genre, les lecteurs qui nourrissent un intérêt particulier pour un des thèmes abordés décèleront quelques oublis : c’est notamment le cas pour ce qui concerne les archives et imprimés sur la mort de Marat, ainsi que sur Charlotte Corday.

5Quelques remarques ne doivent toutefois pas minimiser la valeur et l’utilité d’un tel travail. Plus qu’une mise à jour de la bibliographie de Marat ou qu’un guide de recherche, c’est une vraie proposition scientifique que nous livre Charlotte Goëtz, qui choisit de présenter les écrits de Marat ou les écrits sur lui comme les facettes longtemps sous-estimées d’une même histoire à reconstituer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Mazeau, « « Plumes de Marat » et « Plumes sur Marat ». Pour une bibliographie générale », Annales historiques de la Révolution française, 347 | 2007, 201-202.

Référence électronique

Guillaume Mazeau, « « Plumes de Marat » et « Plumes sur Marat ». Pour une bibliographie générale », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 347 | janvier-mars 2007, mis en ligne le 21 juillet 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ahrf.revues.org/8813

Haut de page

Auteur

Guillaume Mazeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org