Navigation – Plan du site
Articles

Guerre(s), société(s), mémoire

Annie Crépin et Bernard Gainot
p. 3-5

La nouvelle histoire militaire se déploie dans de multiples directions illustrées par les travaux de jeunes chercheurs auxquels nous avons voulu donner la parole dans ce numéro intitulé « Guerre(s), société(s), mémoire », centré à la fois sur la guerre et les sorties de guerre.

Les recherches récentes sur les guerres de la Révolution et de l’Empire convoquent des méthodes et une terminologie empruntées à l’historiographie des conflits du XXe siècle, et singulièrement à celle de la Première guerre mondiale. Toutefois, il convient de replacer ces guerres dans leur environnement et dans leur contexte, et relativiser leur « nouveauté ». À bien des égards (logistique, tactique, armement, stratégie), elles se situent dans le prolongement des grands conflits européens de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècles.

Nous avons donc voulu replacer les conflits européens en perspective, d’une part dans la durée, privilégiant ici, il est vrai, la phase ultime de la période des « révoltes et révolutions », au-delà de 1815 ; et dans l’espace, en accordant une attention particulière aux conflits coloniaux américains, qui inscrivent dans des configurations nouvelles, idéologiques et politiques, les héritages des guerres du XVIIe siècle.

Au fil des contributions, il apparaît une sorte de jeu de miroir entre les pratiques, les contingences du processus révolutionnaire et l’idéologie, entre la mutation de la société et celle de la guerre. Si la dynamique de la guerre transforme la nature des forces armées, tout aussi bien, les bouleversements sociaux accélèrent le surgissement de cette guerre nouvelle par un effet de « boule de neige ». Ph. Catros le montre dans son article consacré à la loi Jourdan, étape fondamentale dans l’établissement de nouveaux rapports entre l’État, la nation et le peuple. J.-Ph. Cénat l’atteste aussi à propos d’une question en apparence technique, la logistique, qui a en fait des implications politiques. Ce qui est vrai pour l’espace français et – inévitablement – européen, l’est tout autant dans d’autres espaces, comme la Nouvelle-Grenade (Colombie actuelle) et le Venezuela, étudiés par Cl. Thibaut au moment de l’indépendance. Là, la dynamique guerrière impose la centralisation politique et constitue le creuset de la communauté nationale. Dans l’espace caraïbéen, les enjeux de l’armement des hommes de couleur sont considérables : F. Régent restitue ces enjeux pour la Guadeloupe dans le contexte de la transition entre les conflits coloniaux et les troubles de la décennie révolutionnaire. Les affrontements raciaux y croisent la symbolique de la liberté par la prise d’armes.

Ces guerres révolutionnaires portent à son paroxysme la contradiction entre barbarie et civilisation à laquelle se heurtèrent les hommes des Lumières. Menées par des combattants convaincus de la justesse de leur cause, ce qui pouvait être un progrès, elles posent la question de la « discipline librement consentie », et donc des rapports entre officiers et soldats comme le montre Th. Hippler, mais aussi révèlent la confrontation à la violence déchaînée, reçue et donnée, dans une tragique surenchère. Ce surgissement de la barbarie est connu pour la guerre d’Espagne, évoquée dans les articles de G. Lepetit, L. Montroussier et Th. Hippler (qui mentionne également la campagne de Russie) ; mais il est encore largement méconnu en ce qui concerne l’épisode calabrais que N. Cadet invite à redécouvrir.

L’« après-guerre » est une expression qui fut longtemps réservée au XXe siècle. Une partie des articles de ce numéro traite des « sorties de guerre », comme on parle des « sorties de révolution ». La fin des guerres napoléoniennes est une période au cours de laquelle les traces matérielles, culturelles, sociales et mémorielles de la guerre sont très présentes. J. Hantraye évoque plus particulièrement la reconstruction – autre terme utilisé seulement pour le XXe siècle – dans le Nord-Est de la France et il en examine la poursuite jusqu’au Second Empire. C’est à une sorte de « reconstruction » culturelle et sociale que J. Heuer consacre son article en étudiant les demandes d’annulation, présentées sous la Restauration, des faux mariages contractés uniquement dans le but d’échapper à la conscription. S. Calvet, quant à lui, analyse les derniers moments des officiers de la Grande Armée revenus dans la société civile à une période où l’on ne parlait pas encore d’anciens combattants. Il évoque aussi les premières tentatives de célébration mémorielle.

C’est aussi au cours de ces « sorties de guerre » que se construit une mémoire qui surévalue l’expérience vécue des combattants, présentée comme inouïe et irréductible à toute autre, porteuse d’une réinterprétation du conflit, comme le montraient déjà à des titres divers N. Cadet, L. Montroussier et Th. Hippler.

Ces contributions, dans leur diversité, témoignent de la richesse et du renouvellement des recherches actuelles en histoire militaire.

  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org