Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Minerva’s Message. Stabilizing the French Revolution.

Jacques Guilhaumou
p. 547-549
Référence(s) :

Martin S. STAUM, Minerva’s Message. Stabilizing the French Revolution, McGill-Queen’s University Press, Montréal, 1996, 342 pages.

Texte intégral

1L’important ouvrage de Martin S. Staum constitue une étude socioculturelle minutieuse de la Seconde classe des Sciences morales et politiques, innovation majeure accompagnant l’avènement de l’lnstitut National organisé par la loi du 25 octobre 1795, et plus particulièrement du groupe le plus actif en son sein, les Idéologues.

2Si l’on s’accorde à définir les Idéologues comme un ensemble d’auteurs majeurs en matière d’idéologie médicale et philosophique, et plus largement dans le domaine de l’éthique, de la politique et de l’économie, membres assidus des salons de Mme Helvétius, Destutt de Tracy et Mme de Condorcet, puis collaborateurs de la Décade philosophique, enfin républicains modérés après 1794, et opposants à Bonaparte en 1801, ils ne sont majoritaires que dans la section 1 sur l’Analyse des sensations et des idées. Soit neuf sur seize membres et associés: Volney, Garat, Lebreton, Ginguené, Cabanis, Tracy, Laromiguière, Jacquemont, Degérando. Mais quasi absents des sections 2 (Éthique: Roussel), 3 (Science sociale et législation: Daunou) et 4 (Économie politique: Sieyès), ils ne participent pas du tout à l’activité des sections 5 (Histoire) et 6 (Géographie), où se recrutent d’ailleurs bon nombre de leurs adversaires «royalistes».

3 Certes une telle définition n’est valable que dans la mesure où elle nous renvoie à une distinction problématique entre intellectuels «organiques» et intellectuels traditionnels reprise en partie de Gramsci. Rappelons que ce marxiste italien envisageait, dans ses Cahiers de Prison, d’écrire une Histoire des intellectuels italiens. Il précise ainsi que «le point central de la question demeure la distinction qui existe entre les intellectuels en tant que catégorie organique de tout groupe social fondamental et les intellectuels en tant que catégorie traditionnelle: toute une série de problèmes et de recherches en découlent» (cahier 12, § 1, traduction Gallimard, tome 3, p. 317).

4Quels sont donc les critères distinctifs du rôle organique des Idéologues dans une période de stabilisation de la Révolution française? Martin Staum précise d’emblée que ces critères ne peuvent être uniquement d’ordre intellectuel intrinsèque, mais qu’ils doivent prendre en compte non seulement le contexte intellectuel large, mais aussi les rapports qu’entretiennent les Idéologues avec l’ensemble de la société. Il nous propose donc une histoire sociale des Idéologues du point de vue de leur activité au sein de l’Institut National. C’est sur la base de tels critères que Martin S. Staum peut différencier intellectuels «organiques» et intellectuels traditionnels tant à l’intérieur de l’Institut que dans sa confrontation avec l’extérieur.

5Le premier critère concerne une certaine manière d’assumer de façon critique l’héritage de l’Encyclopédie, à l’encontre des hommes de lettres adeptes des Anti-Lumières, favorables à un esprit de corps inscrit dans la continuité historique, donc soucieux de renouer avec la tradition académique et littéraire ancienne (ainsi en est-il de Morellet). C’est bien sûr ici la personnalité intellectuelle de Condillac qui joue le rôle de figure tutélaire. Cependant le rejet du modèle génétique condillacien, sur la base d’une critique de la «sensation transformée» et au titre de la différence entre le physique et le mental, tout particulièrement chez Cabanis et Destutt de Tracy, qui plus est la mise en cause du caractère idéaliste de la «langue bien faite» situent les Idéologues dans le camp des lecteurs critiques de Condillac, sans pour autant pencher du côté kantien, comme dans le cas de Sieyès.

6Le second critère concerne le scientisme des Idéologues étendu jusqu’à l’élaboration d’une science de la moralité, éthique dissociée de la métaphysique chrétienne. À ce titre, les Idéologues se considèrent tout autant comme des scientifiques indépendants des pouvoirs que comme des experts en matière gouvernementale. Science et liberté vont de pair au sein d’une stratégie de stabilisation de la Révolution. Ainsi se met en place une science morale sécularisée, donc un art social et moral qui fonde les institutions civiles sur une doctrine physiologique de la sympathie naturelle propre à permettre aux intérêts individuels de construire le bonheur sur la vertu.

7Un troisième critère nous renvoie à la promotion, sur une telle base d’expertise, d’une science politique déductive. Nous nous trouvons ici devant un mélange de libéralisme, par l’accent mis sur les droits individuels et la dénonciation de tout pouvoir à visée inégalitaire, et de positivisme, par une combinaison des droits et de l’utilité plus propice à un rapprochement avec des objectifs gouvernementaux. Ainsi, tout en préconisant le débat d’idées dans le respect des droits, les Idéologues donnent aussi de l’importance au rôle déterminant de l’argument scientifique dans la détermination de l’intérêt public. Ce mélange de savoir et de pouvoir peut parfois aboutir à un élitisme utilitariste au point de renoncer à des formes de liberté en cas de grave crise institutionnelle.

8Enfin, la question de la domination voulue d’une société commerciale et industrielle, sans négliger pour autant, dans la lignée physiocratique, les autres formes de capital, valorise l’existence d’une «classe mitoyenne» propriétaire et éclairée. Les Idéologues constituent-ils la couche intellectuelle organique de cette nouvelle classe? Peu adepte d’un questionnement aussi mécaniste, Martin S. Staum préfère caractériser les Idéologues comme des techniciens de la promotion de l’harmonie sociale au nom du jeu des possibles introduits par le tempérament individuel. À ce titre, leur stratégie intellectuelle ne peut être évaluée sans la prise en compte de stratégies concurrentes, en particulier celles de leurs adversaires au sein de l’Institut, surtout des hommes de lettres soucieux de revivifier la culture académique, de remettre l’éloquence au goût du jour et de valoriser la poétique contre des Idéologues supposés matérialistes. La suppression de la Seconde classe leur doit beaucoup, autant que le ressentiment de Napoléon Bonaparte.

9Le mérite principal de cet ouvrage consiste donc dans sa vision unifiée des Idéologues sous un point de vue bien défini. Dans le détail, Martin S. Staum fait preuve d’une connaissance précise des doctrines idéologiques, aussi diverses que leurs auteurs. Mais nous avons voulu avant tout rendre compte d’un essai de synthèse par point de vue dans un champ intellectuel de l’Idéologie encore difficile à cerner comme l’a montré une récente décade de Cerisy qui lui a été entièrement consacrée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Guilhaumou, « Minerva’s Message. Stabilizing the French Revolution. », Annales historiques de la Révolution française, 317 | 1999, 547-549.

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Minerva’s Message. Stabilizing the French Revolution. », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 317 | juillet-septembre 1999, mis en ligne le 21 avril 2004, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://ahrf.revues.org/918

Haut de page

Auteur

Jacques Guilhaumou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org