Navigation – Plan du site
Comptes rendus – Histoire militaire

Lettres d’un Lion. Correspondance inédite du général Mouton, comte de Lobau (1812-1815)

Jacques Logie
p. 220-221
Référence(s) :

Emmanuel de Waresquiel, Lettres d’un Lion. Correspondance inédite du général Mouton, comte de Lobau (1812-1815), Paris, Nouveau monde éditions, 2005, 207 p., ISBN 2-84736-088-3, 25 €.

Texte intégral

1L’édition par E. de Waresquiel de la correspondance adressée par le général Mouton à sa femme pendant les campagnes de Russie (1812), d’Allemagne (1813) et de Belgique (1815), est d’un faible intérêt, notamment sur le plan de l’histoire militaire. Ces lettres permettent, tout au plus, de saisir une partie de la personnalité du comte de Lobau : un bourgeois aux armées, préoccupé de ses affaires domestiques, de l’état de sa très confortable et récente fortune, hostile à la noblesse dont Napoléon aimait s’entourer pendant les dernières années de son règne et méfiant à l’égard du monde paysan. Elles confirment que même les hommes proches de l’empereur étaient tenus à l’écart des prises de décisions, tant sur le plan militaire que diplomatique.

2Ce fils d’un boulanger bourgeois de Phalsbourg, volontaire de 1792, longtemps républicain, était devenu aide-de-camp de l’empereur en 1805. Il avait épousé en 1809, par la volonté de Napoléon, une jeune-fille de dix-neuf ans, issue de l’aristocratie européenne, Félicité d’Arberg de Valengin. Manifestement, il fut très amoureux de cette femme de vingt ans sa cadette. La différence d’éducation entre les conjoints apparaît fugitivement dans le courrier. Ainsi, le général n’apprécie guère que son épouse sorte de sa sphère ménagère « pour philosopher à toute outrance », ce qui selon lui, « ne sert presque jamais à rien ».

3Comme chez la plupart des militaires en campagne, le général demande obsessionnellement des nouvelles du pays et de la famille. Le ton de sa correspondance est très conventionnel : il informe de sa santé, donne des recommandations domestiques et témoigne d’une admiration sans borne pour l’empereur. S’agit-il d’un sentiment de façade formulé à l’intention du cabinet noir ou d’une réelle fascination pour les qualités militaires de Napoléon ? L’état de santé de celui-ci est d’ailleurs au centre des préoccupations de son entourage, comme si le destin de la France en dépendait à chaque instant.

4L’édition de cette correspondance est très soignée. L’introduction d’Emmanuel de Waresquiel cerne bien la personnalité de Lobau et replace le général dans son milieu. Il en est de même de la présentation des campagnes de 1812, 1813 et 1815. À propos de cette dernière, on peut regretter que de Waresquiel n’ait pas publié le récit de la bataille de Waterloo retrouvé dans les archives familiales (p. 175) et accorde du crédit au témoignage du chef d’état major de Lobau, Combes Brassart, totalement fantaisiste. Les lettres datées de 1815 ne concernent d’ailleurs que la captivité du général Mouton après Waterloo. Elles ne manquent pas d’intérêt, car elles mettent en évidence la condition des prisonniers de marque et le réseau de relations qu’ils peuvent mettre en œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Logie, « Lettres d’un Lion. Correspondance inédite du général Mouton, comte de Lobau (1812-1815) », Annales historiques de la Révolution française, 348 | 2007, 220-221.

Référence électronique

Jacques Logie, « Lettres d’un Lion. Correspondance inédite du général Mouton, comte de Lobau (1812-1815) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 348 | Avril-Juin 2007, mis en ligne le 23 juillet 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/9593

Haut de page

Auteur

Jacques Logie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org