Navigation – Plan du site
Comptes rendus

«Trames» Histoire, Géographie et arts. Revue de l’I.U.F.M. de Rouen

Bernard Gainot
p. 174-176
Référence(s) :

« Trames » Histoire, Géographie et arts. Revue de l’I.U.F.M. de Rouen, nos 3-4, 1998 (50F), «Révolution Française; nouvelles sources et méthodes», pp. 221‑284 (avec une introduction de Pascal Dupuy, IRED‑Université de Rouen).

Texte intégral

1Les textes des articles couverts par la rubrique sont issus, pour l’essentiel, des communications présentées lors des rencontres organisées en septembre 1993 par un collectif de jeunes chercheurs et universitaires haut‑normands, sous l’égide de l’IRED et de l’IUFM de Rouen. L’intitulé du sommaire illustre bien le programme de ces journées, dont seule une petite partie des contributions a été retenue ici.

2Christine Le Bozec propose le renouvellement d’un genre traditionnel, la biographie. Le projet scientifique se heurte à des obstacles objectifs – sources lacunaires –, et subjectifs – l’occultation volontaire de certains de ses actes par le biographe lui‑même, ou bien la «révision» postérieure de ceux‑ci. Mais ces obstacles sont aussi inhérents à la subjectivité de l’analyste, toujours tenté de combler lacunes et silences par la reconstitution d’un itinéraire qui n’a de cohérent que la volonté du biographe de transformer une trajectoire incertaine en exempla.

3Aussi Christine Le Bozec propose‑t‑elle une méthode interdisciplinaire, mobilisant les ressources de la sociologie, de la psychanalyse, de l’analyse du discours. Ces emprunts une fois réalisés, l’essentiel du projet reste à mettre en œuvre; l’écriture d’une vie. La référence ultime est Giovanni Levi et la micro‑sociologie des acteurs. Ultime mais non unique, puisque l’auteur nous invite également à reprendre, à corriger éventuellement, la perspective marxiste de la construction de la personnalité.

4Une approche dialectique, donc, puisqu’on peut penser «qu’il n’y a pas d’opposition entre les deux choix discursifs de la biographie: l’individu comme reflet et l’individu comme acteur, mais en gardant présent à l’esprit qu’il y a des époques, des événements d’une trajectoire qui mobilisent l’un plus que l’autre. Ces deux points de vue ont, à l’évidence, des pertinences à éclipses».

5Éric Wauters esquisse un bilan des actuelles recherches sur la presse provinciale, soulignant les acquis, sans masquer les terrains en friche. Ainsi, la France médiane, de la Bretagne au Dauphiné, est‑elle encore bien peu explorée; la période 1789‑1792 est surtout représentée, au détriment de la période de l’an II, et surtout de la période post‑thermidorienne.

6La presse provinciale connut une phase de transition assez difficile en 1789, pour passer de la rédaction d’un journal commercial ou de curiosités à un journalisme politique, révolutionnaire, surtout dans l’Ouest et le Sud.

7La seconde mutation se produit fin 1790‑début 1791: chaque département, chaque grande ville a son journal, et bien souvent deux journaux qui reproduisent le clivagefeuillant‑jacobin. Toutefois, la presse provinciale reste, pour toutes les époques, et tous journaux confondus, beaucoup moins féconde que la presse de province. La presse parisienne était beaucoup mieux placée pour la collecte des informations et mieux armée techniquement et financièrement pour produire massivement, donc à moindre coût.

8Ce fait tient aussi à la demande locale, essentiellement tournée vers la recherche des nouvelles nationales, ce qui explique aussi les difficultés des quelques journaux qui voulurent se faire l’écho des administrations locales. L’exception notable est toutefois celle des feuilles commerciales.

9À partir de 1792‑1793, la situation devient très variable d’un département à l’autre. Le déclin, un peu hâtivement pronostiqué, n’a pas été uniforme. Une génération nouvelle apparaît même en l’an II, autour de la presse militaire et des échos des sociétés populaires.

10La presse post‑thermidorienne renoue avec l’élan des débuts de la Révolution. C’est sous le Directoire que la presse adopte des formes véritablement nouvelles; le journalisme d’investigation, par exemple.

11Des recherches sont à poursuivre, en direction de l’entreprise de presse ou des réseaux locaux d’influence. De même que la façon dont les journaux s’appuient les uns sur les autres pour organiser des relais de transmission de l’information d’un bout à l’autre du territoire.

12Le troisième thème met en valeur l’iconographie. Pascal Dupuy présente les avancées dans la quête de l’autonomie de l’image, poursuivie depuis une trentaine d’années. Cette recherche s’appuie sur le traitement sériel de corpus largement méconnus, sur un souci de contextualisation culturel, politique et social, sur la confrontation des sources iconographiques avec les sources écrites, plus classiques. Il propose le terme d’iconophilie pour caractériser cette démarche.

13L’exemple qui permet de concrétiser le propos est précisément celui de la Révolution française. Cette période fut un grand moment de création symbolique, à travers les vecteurs usuels de la culture populaire: gravures, estampes, vignettes, caricatures, médailles, jetons, monnaies, faïences. Mais elle est aussi ancrée dans une symbolique traditionnelle, religieuse, qui lui est antérieure. Le traitement de cette symbolique relève plutôt du champ disciplinaire des historiens de l’art. Pascal Dupuy souligne à juste titre l’importance, dans ce domaine, de l’ouvrage de Cesare Ripa, Iconologia, paru en 1593, qui apparaît comme un véritable traité de la «science des images».

14À titre d’illustration (terme fort malheureux dès lors qu’il s’agit d’iconographie, j’en conviens volontiers), Annie Duprat se livre à une étude de cas; l’analyse du Dégel de la Nation, gravure produite en France en 1792, reprise en Italie en 1799. Elle conduit cette analyse en trois temps: l’analyse sémiologique (lecture préalable de sa composition; lignes, points, surfaces, couleurs); l’analyse scientifique (le contexte historique, l’identification des personnages représentés); l’analyse symbolique (nature des grandes iconologies mises à la disposition des peintres). D’autres exemples sont proposés dans le récent volume des contributions au colloque de l’Université du Maine, présentées par Annie Duprat et Michèle Ménard (Histoire, images, imaginaires, de la fin du xve siècle au début du xixe siècle). On y retrouve notamment des contributions de Pascal Dupuy et Christine Le Bozec.

15Enfin Jean‑Claude Vimont, coordonnateur de la rédaction de la revue Trames, s’appuyant sur les postulats de Michel Foucault, ainsi que sur les travaux des dix‑neuvièmistes sur le système pénitentiaire, propose également une étude de cas; le procès de Marie‑Anne Duhamel, en frimaire an II. C’est le procès d’une voleuse récidiviste, à Rouen, d’abord condamnée sous l’Ancien Régime, et de nouveau sous la Terreur. Marie‑France Chabrefy, formateur à l’IUFM de Rouen, déroule une séquence pédagogique menée avec des élèves d’une classe de CM2, qui reprend les pièces du procès. L’utilisation des documents d’archives par groupes de niveau doit permettre d’atteindre trois plans de réalité: l’événement au sein d’une population locale, la procédure de l’instruction et du procès, l’attitude des magistrats et des jurés déterminée par leurs mœurs et leurs objectifs de contrôle social.

16Ces communications, bien représentatives dans leurs domaines réciproques, de quelques‑uns des chantiers de recherches révolutionnaires impulsées autour, et à partir du bicentenaire, devraient prochainement trouver leur place dans la publication intégrale des Journées de la recherche de Rouen d’octobre 1993. Saluons, en attendant, l’heureuse initiative de la revue Trames dont le présent numéro comporte des dossiers tout aussi passionnants que celui concernant la Révolution française; notamment celui qui traite de «L’École de la République face aux identités régionales», où Mona Ozouf, en particulier, développe une problématique qui ne peut laisser indifférents les spécialistes de la Révolution française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gainot, « «Trames» Histoire, Géographie et arts. Revue de l’I.U.F.M. de Rouen », Annales historiques de la Révolution française, 319 | 2000, 174-176.

Référence électronique

Bernard Gainot, « «Trames» Histoire, Géographie et arts. Revue de l’I.U.F.M. de Rouen », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 319 | janvier-mars 2000, mis en ligne le 10 avril 2006, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ahrf.revues.org/972

Haut de page

Auteur

Bernard Gainot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org