Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Élisabeth BADINTER, Mme du Châtelet, Mme d’Épinay ou l’ambition féminine au XVIIIe siècle

Paris, Flammarion, 2006, 494 p., ISBN 9-782082-105637, 20 €.
Annie Duprat
p. 209-210
Référence(s) :

Élisabeth BADINTER, Mme du Châtelet, Mme d’Épinay ou l’ambition féminine au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, 2006, 494 p., ISBN 9-782082-105637, 20 €.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la réédition, un peu transformée et augmentée, d’un livre qu’Élisabeth Badinter avait consacré en 1983 à ces deux femmes savantes du siècle des Lumières, Emilie du Châtelet et Louise d’Épinay, sous le titre Émilie, Emilie, l’ambition féminine au XVIIIe siècle. Ce titre un peu obscur devait attirer l’attention sur les similitudes (de destin, de vie, de comportement et d’intérêts scientifiques entre les deux femmes, Louise d’Épinay se faisant appeler Émilie pour plaire à son amant, Claude Dupin de Francueil dont la belle-mère avait été une des premières protectrices de Rousseau à son arrivée à Paris). Les deux femmes ont en commun le fait d’avoir été assez peu heureuses dans leur vie matrimoniale, Émilie du Châtelet se séparant de fait assez rapidement de son mari après avoir (lui semblait-il) rempli son devoir en mettant au monde deux enfants tout comme Louise d’Épinay qui a souffert des infidélités notoires et de la vie dissolue du sien.

2Le livre est construit en sept chapitres qui, pour être thématiques, n’en épousent pas moins la chronologie car le projet de l’auteur est de saisir comment se construit une personnalité, se développe une pensée et se nouent des amitiés et des amours. Après un avant-propos très percutant dans lequel elle définit ce que peut être « l’ambition féminine » dans un siècle dont elle rappelle l’aspect bigarré (il y a une distance chronologique entre Émilie du Châtelet - 1706-1749 - et Louise d’Épinay - 1726-1783), Élisabeth Badinter examine de façon croisée les destins de ses deux héroïnes en les plaçant toujours sous la toise de la question de « l’ambition féminine ». On y observe les ressemblances (une vie conjugale peu satisfaisante, les désillusions de la maternité car elles eurent toutes les deux des déceptions dans ce domaine, l’envie de se dépasser par les armes de l’esprit) et on y comprend les différences : madame du Châtelet est une héritière aristocrate tandis que la jeunesse de madame d’Épinay, orpheline placée sous la férule d’une tante bien peu tendre, a été placée sous le sceau, si ce n’est de la pauvreté, du moins de la nécessité d’être toujours débitable ; la première, femme imposante et autoritaire, brille par son intelligence, domine son célèbre amant Voltaire et construit des théories de physique remarquées par Maupertuis, un autre de ses amants, puis par Newton, tandis que la seconde, plus effacée au début de sa vie, rencontre une petite notoriété lors de sa liaison avec Melchior Grimm, et surtout à la fin de sa vie, lorsqu’elle entreprend d’écrire sur l’éducation des enfants et de ferrailler (à distance) avec Jean-Jacques Rousseau.

3Le projet d’Élisabeth Badinter dans ce livre est de montrer comment des femmes ont su transformer leur destin, sans révolte ni révolution, en utilisant les ressources (mais aussi les freins) de la société de leur temps, avec obstination voire opiniâtreté et beaucoup d’intelligence. On est saisi par la lecture du chapitre 6, consacré à l’émancipation de Madame d’Épinay, qui la montre désemparée après le départ de Grimm (attiré à la cour de Catherine II de Russie) au moment même où ses enfants lui causent de graves soucis. Très maternelle, Louise d’Épinay avait bravé les habitudes de son temps en désirant élever elle-même le petit Louis-Joseph, dès que le père avait quitté le cercle de famille. Mais la dissipation de ce fils aussi volage que son père, et ses dettes de jeu que les deux parents, réunis à cette occasion, se font un devoir d’éponger, la désolent. Constatant l’échec de son modèle d’éducation, Louise d’Épinay se résout, avec son mari, à demander une lettre de cachet en 1769 qui conduira le jeune Louis-Joseph en prison durant près de deux ans. Plus proche de sa fille Angélique, elle décrit ses principes pédagogiques dans de nombreuses lettres (1756-1758) et, dès qu’elle devient grand-mère, elle consacre tous ses soins à sa petite fille, une autre « Émilie » d’ailleurs, pour qui elle rédige Les conversations d’Emilie. Une réédition de cet ouvrage serait la bienvenue car elle permettrait de confronter les écrits de Madame d’Épinay avec ceux du Jean-Jacques de l’Émile. Tandis que la première prône la liberté et l’émancipation pour les filles, le second plaçait son héroïne, Sophie, dans une position d’obéissance et de subordination.

4Le dernier chapitre du livre (« Les limites de l’ambition féminine ») et la conclusion (« Hier et aujourd’hui ») sont un peu amers. Tandis que Madame du Châtelet a connu une gloire récente grâce à l’exposition que lui a consacrée la BNF, l’auteur constate l’oubli dans lequel est tombée Madame d’Épinay, les historiens ne se préoccupant, écrit-elle, que de mesurer ses occasions de conflits avec Rousseau, en lançant même l’hypothèse d’une falsification de ses écrits, en particulier des Pseudo-Mémoires de Madame d’Épinay, réédités en 1989 sous le titre Les contre-confessions. Il est vrai que lorsqu’elle a commencé à rédiger ce texte vers 1756, Louise-Émilie, craignant les réactions de Rousseau, lui avait donné le titre de Mémoires de Madame de Montbrillant et le genre du roman ; mais elle n’a rien publié et il a fallu attendre 1951 pour voir la première édition d’un « roman » d’une vie, sous le titre de Pseudo-mémoires. Historienne féministe, Élisabeth Badinter constatant l’oubli (relatif toutefois) dans lequel ses deux héroïnes sont tombées, l’attribue à leurs relations masculines car on ne parle d’elles que pour parler d’eux. Ce livre, très informé et très bien écrit, est donc salutaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Duprat, « Élisabeth BADINTER, Mme du Châtelet, Mme d’Épinay ou l’ambition féminine au XVIIIe siècle », Annales historiques de la Révolution française, 349 | 2007, 209-210.

Référence électronique

Annie Duprat, « Élisabeth BADINTER, Mme du Châtelet, Mme d’Épinay ou l’ambition féminine au XVIIIe siècle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 349 | juillet-septembre 2007, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ahrf.revues.org/11280

Haut de page

Auteur

Annie Duprat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • Revues.org